566 views 0 comments

Le diagnostic de Mobuis 1 : NBA 2k14

by on 14 novembre 2013
 

En attendant le chef d’œuvre

Ne nous cachons pas et soyons francs, l’attente des consoles next-gen et les merveilles graphiques qui en découlent obnubilent le noble mais simple testeur que l’hôte de ses signes est.
En attendant, nous rongeons notre frein et on se base sur les valeurs sûres dont nous verrons les nouvelles versions prochainement.

Direction, les Etats-Unis et les parquets de basket numériques de NBA2K14. Oui mes amis, 2K sports nous offre une nouvelle mouture de son hit tiré de la marque NBA. Exit le rappeur Jay Z, figure de proue l’an dernier, cette année c’est Lebron James himself qui est à la baguette. Oui, Lebron James, considéré comme le meilleur joueur actuel de la ligue a accepté d’être le directeur artistique du soft.

En terme de jouabilité, on reste dans l’approche des titres précédents mais avec de nombreuses évolutions : nombre de dribbles ont été rajoutés augmentant encore l’impression d’immersion d’un jeu qui approche de plus en plus de la perfection en terme de simulation de basket.
La partie didacticiel ou « camp d’entrainement » sera obligatoire afin de maitriser tout ou presque de ce nouvel épisode. Attention toutefois chers amis de 2K, à trop vouloir faire de votre franchise une simulation ultra réaliste vous perdez beaucoup de joueurs voulant juste s’éclater tout simplement sans passer quatre heures à prendre en main un jeu. Je ne demande pas à avoir en main un NBA JAM mais un peu plus de commandes instinctives comme vous en aviez il n’y a pas si longtemps, ça ne serait pas plus mal. Mais encore une fois, ce n’est que mon avis.

Le mode « LeBron James : un pied dans l’histoire » est assez inspirant quoique un peu court mais bien sympathique même si le fait de se baser que sur un seul joueur est un « risque » éditorial surtout quand on lui donne des statistiques aussi monstrueuses… Alors oui, Lebron James est un excellent joueur, nommé quatre fois meilleur joueur de la saison régulière ces cinq dernières années mais à ce point il ne faudrait quand même pas pousser. N’est pas Sa Majesté aérienne (Michael Jordan) qui veut.

Sur le plan des graphismes, c’est splendide : les joueurs sont magnifiquement modélisés (en particulier Lebron) grâce à la patte 2K et leur modélisation est proche de la réalité.  Mais si vous avez eu l’occasion d’apercevoir les vidéos promotionnelles des versions Xbox One et PS4 vous savez que ce n’est que le début.

Les ralentis, cinématiques sont toujours aussi sympathiques et la vie du club est bien résumée dans les commentaires audio avec l’équipe habituelle des commentateurs.

La bande-son (choisie par King James lui-même) est plus que sympathique, raisonnablement hétéroclite avec un choix d’artistes divers et variés augmentant le côté immersif du jeu.

Le diagnostic de Mobuis 1 : Vivement, vivement l’arrivée des next gen bien que ce dernier épisode soit plus qu’encourageant graphiquement. 2K continue d’améliorer année après année sa franchise bien que profitant de l’absence de concurrence jusque cette année et le retour d’EA Sports dans la bataille des parquets. Mais attention à ne pas virer élitiste non plus.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)